Actions | Projet

Arboretum des Grandes Bruyères, le soleil se lève sur l’Asie

Pour offrir un environnement adapté aux sapins, pins, ifs et autres épicéas rares venus récemment enrichir sa collection classée de conifères, mais également mettre en valeur les chênes, cornouillers et magnolias originaires d’Extrême-Orient, l’Arboretum des Grandes Bruyères a engagé le remaniement complet d’un hectare de son espace “Asie”.

Aménagement de l'espace Asie

Un arboretum est un organisme vivant ! Des arbres y meurent tandis que d’autres croissent. Des plantes indésirables s’y développent parfois. L’hiver verra la neige casser les hautes branches d’un chêne centenaire tandis que l’été affaiblira les pins les plus solides sous l’effet conjugué de la canicule et de la sécheresse. Comme tout organisme vivant, et parce que la nature y est en constante évolution, un arboretum a non seulement besoin d’être entretenu mais régulièrement remanié. Ici, tel magnolia qui a grandi n’a plus l’espace suffisant pour se développer. Là, les broussailles menacent d’envahir une plantation de jeunes cornouillers. Ailleurs, il faut faire de la place pour les spécimens élevés en pépinières qui viendront enrichir la collection de conifères. Plus loin, il faut redessiner un massif de rosiers et de bruyères. Ailleurs encore, il faudra dessoucher puis replanter à la place d’un vieux pin malade.

Un objectif de mise en valeur

Plantation d'un conifère

Comme il le fait régulièrement, dans le cadre notamment de l’extension de ses collections botaniques (dont quatre collections nationales classées : de chênes, de cornouillers, de magnolias et de conifères), l’Arboretum des Grandes Bruyères, vient de lancer un remaniement sans précédent d’une partie de l’“Asie”, soit environ un hectare de cet espace dédié à la flore arboricole du continent asiatique. Depuis novembre et la fermeture au public de l’arboretum, de premiers travaux de défrichage, la création d’allées et d’un nouveau bassin, le remodelage des massifs existants ont été engagés, avec pour objectif de mettre en valeur les conifères asiatiques qui ont récemment intégré l’arboretum, mais aussi les magnolias, cornouillers et chênes asiatiques déjà présents.

De nombreuses déplantations, transplantations et plantations ont déjà été effectuées. Ce sont ainsi, par exemple, trois cents nouveaux arbres qui ont enrichi les collections, dont près de 130 conifères rares parrainés par les donateurs d’Arboretums de France suite à notre campagne de l’automne 2014. Le coût des travaux requis pour cette opération, rendue indispensable par l’évolution de l’arboretum et de ses collections, est aujourd’hui évalué à 15 000 €. Vous pouvez nous y aider !

LE PROJET SOUTENU

15 000 € pour un réaménagement

  • Main d’oeuvre sur 3 mois : 9 000 €
  • Création du nouveau bassin : 3 000 €
  • Plantations : 3 000 €

Parrainer un conifère, c’est toujours possible !

Conifères à planter

Près de 130 donateurs ont déjà parrainé un conifère. 130 nouveaux épicéas, sapins, pins, ifs rares vont ainsi pouvoir rejoindre la collection nationale classée. Le coût d’implantation de chaque nouvel arbre est de l’ordre de 150 €. Grâce à un tel don, vous permettez à l’Arboretum des Grandes Bruyères d’acquérir, de planter et d’élever un de ces conifères originaires d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie. Chaque nouvel arbre planté est précisément identifié. Vous recevez un certificat de parrainage et, ainsi que le font de nombreux parrains, vous pouvez venir visiter “votre” conifère au sein de l’Arboretum.