Actions | Realisation

Arboretum des Grandes Bruyères, un nouveau défi autour de la collection de pins !

Pin

Après le classement en “Collection nationale CCVS”, le 13 mai 2011, de sa collection de chênes (Quercus), l’Arboretum des Grandes Bruyères, à Ingrannes, visait le classement de sa collection de pins (Pinus). En cette année 2011, désignée par l’ONU “Année internationale des forêts”, c’est le projet que nous vous proposions, avec l’acquisition de nouvelles espèces. Au-delà de l’enrichissement botanique de l’arboretum lui-même, c’est – à l’heure où disparaît un nombre croissant d’espèces végétales – une nouvelle pierre apportée à l’indispensable conservation des souches génétiques ligneuses…

Déjà riche de plusieurs collections nationales classées (de magnolias – auxquels grâce à votre concours nous allons consacrer une monographie – et de cornouillers) et de collections de référence (de roses, de bruyères, de stewartia), l’Arboretum des Grandes Bruyères a vu sa collection de chênes classée “collection nationale” par le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées (CCVS). Cette distinction n’est pas qu’honorifique. Elle sanctionne des décennies de plantations au sein des espaces asiatiques, chinois et européens de l’arboretum, l’organisation d’expéditions pour recueillir des graines sur leur site d’origine, la mise en place d’opérations de parrainage de nouveaux arbres… Autant d’initiatives qui, avec le soutien indéfectible des donateurs de notre Fonds de Dotation, ont permis à l’Arboretum des Grandes Bruyères de présenter aujourd’hui des centaines de sujets, et à cette collection de chênes d’être un véritable conservatoire d’espèces et une référence pour les chercheurs, les botanistes, les jardiniers, les scolaires…

LE PROJET SOUTENU

100 € pour un arbre !

Conifère présent aux Gandes Bruyères

Un budget de l’ordre de 10 000 euros doit nous permettre de financer l’acquisition – y compris sur place – des graines grâce auxquelles la collection de Pinus des Grandes Bruyères pourra prétendre au classement de “Collection végétale spécialisée”. Grâce à un don de 100 €, vous pouvez permettre à l’Arboretum des Grandes Bruyères d’acquérir, de planter et d’élever en pépinière durant un an un de ces conifères originaires d’Amérique du Nord et d’Asie. Pour marquer l’achèvement de cette collection, et ainsi que nous l’avions fait en 2006 lors de son lancement, les donateurs de 100 € ou plus se verront offrir une reproduction à tirage limité d’une oeuvre originale représentant l’Arboretum des Grandes Bruyères. Nous comptons sur vous !


Une collection de conifères

Conifère présent aux Gandes Bruyères

Les Grandes Bruyères possèdent également une importante collection de conifères, notamment de Pinus (107), de Picea (159), de genévriers (116), de cèdres (22), qui n’a cessé de s’élargir au fil du temps. Ainsi en 2006, grâce à vos dons, des graines de sapins, pins, ifs, genévriers, cyprès… originaires des Rocheuses, du Montana et de Californie avaient pu être acquises puis mises en pépinière avant d’être implantées. Parmi tous ces conifères, les pins (266), constituent un ensemble très important qui requiert désormais, afin de présenter la diversité des Pinus des régions tempérées, d’acquérir une vingtaine d’espèces complémentaires (soit plus d’une centaine de sujets), clé pour l’accès au rang de collection nationale. Dans notre arboretum, l’origine des arbres est une donnée essentielle. Les plantes doivent provenir de graines récoltées sur les sites d’origine. C’est le rôle des expéditions organisées sur place mais aussi des échanges avec des arboretums locaux. En nous aidant à compléter cette collection, vous renforcerez encore la vocation de l’Arboretum des Grandes Bruyères, espace de conservation et de diffusion d’espèces botaniques mais également lieu d’information et de pédagogie.

La collection de pins de l’Arboretum des Grandes Bruyères

Conifère présent aux Gandes Bruyères

Elle compte aujourd’hui 266 sujets appartenant à 68 espèces et 101 variétés.

Pour la compléter, il est nécessaire de rechercher une vingtaine d’espèces en provenance des deux autres continents tempérés et compatibles avec les conditions climatiques de la Forêt d’Orléans. Certaines d’entre elles ont un intérêt tout particulier :

  • Pinus balfouriana, baptisé “pin à la queue de renard” du fait de la forme de ses feuillages. Cet arbre de climat subalpin est présent au sud de la Sierra Nevada, en Californie du nord.
  • Pinus cooperi & Pinus culminicola. On trouve ces deux arbres au nord-ouest du Mexique, en moyenne altitude. Ce sont des sujets assez rares et situés dans des zones peu faciles d’accès.
  • Pinus virginiana. Cette espèce d’origine américaine est utilisée comme bois d’oeuvre.

Toutes les espèces à rechercher sont d’origine américaine sauf une :

  • Pinus henryi, originaire du Sichuan, en Chine, est un arbre qui a de multiples usages. On utilise ses aiguilles, son écorce, et son bois est un bois d’oeuvre apprécié.

Arboretum des Grandes Bruyères

Un Conservatoire Botanique Paysager à Ingrannes (Loiret)
Tél : 02 38 57 12 61 - Fax : 02 38 57 11 79
Mail : blr6 [--{arobase}--] wanadoo [--{point}--] fr Site internet : www.arboretumdesgrandesbruyeres.fr