Actions | Projet

Arboretum des Grandes Bruyères : des moyens humains à renforcer d’urgence !

Orlando et Tomasz

Entretien courant des allées et des parterres, remplacements de végétaux, plantations, sans parler du travail engendré par les aléas climatiques, à l’image des récentes inondations : les deux jardiniers des Grandes Bruyères n’y suffisent plus ! L’embauche d’un troisième jardinier s’impose.

Abattre les arbres morts puis dessoucher. Elever de jeunes spécimens en pépinière puis les planter. Entretenir des milliers d’arbres, en les taillant, les élaguant, les nourrissant (sur le sol, très pauvre, de la Forêt d’Orléans). Dessiner des allées, tondre, désherber. Et, quand le poids de la neige a endommagé des branches, quand le vent a couché un vieil arbre, quand les inondations ont fait proliférer les mauvaises herbes et endommagé les allées, il faut arracher, soigner, refaire, restaurer, replanter ! La tâche est colossale sur un arboretum qui, avec l’extension récente de “l’Asie”, couvre aujourd’hui 14 hectares. Orlando et Tomasz, les deux jardiniers de l’arboretum, ont besoin de renfort. Il en va de la pérennité même des Grandes Bruyères.

LE PROJET SOUTENU

Accueil d’un nouveau jardinier - 25000 €/an Vous pouvez nous y aider !

25 000 euros par an, c’est le coût (salaire plus charges), de l’embauche d’un jardinier aux Grandes Bruyères. C’est aujourd’hui indispensable pour faire face aux besoins quotidiens d’entretien des 14 hectares de l’arboretum et des soins requis par ses nombreuses collections classées d’arbres remarquables. Un grand merci pour votre soutien.