Actions | Projet

Une réserve financière, pour faire face aux situations d’urgence

Le Larix decidua à terreLe Larix decidua à terre

C’est l’une des vocations d’Arboretums de France : aider les parcs, jardins et arboretums français à affronter les conséquences des catastrophes naturelles. La constitution d’un “fonds d’urgence” est la clé d’interventions rapides et efficaces.

Au cours des vingt dernières années, les espaces naturels n’ont guère été épargnés. Une longue succession de catastrophes naturelles, le plus souvent d’origine climatique, ont régulièrement mis à mal le fruit de décennies de soins patients et inlassables prodigués aux arboretums, parcs et jardins botaniques. Des sites remarquables du patrimoine français qui remplissent un rôle irremplaçable de conservatoires botaniques et de lieux de transmission des savoirs.

Une longue série de catastrophes

Notre fondation est née avec l’une de ces grandes catastrophes. Rappelons-nous : les 26 et 28 décembre 1999, deux tempêtes traversent la France. On dénombre 91 morts et environ 60 millions d’arbres abattus. Une véritable catastrophe humaine et écologique qui va nous amener à lancer une grande opération, “Reboisons la France”. Plus de 300 parcs, jardins et arboretums seront aidés grâce à la générosité de 20 000 donateurs.

Moins spectaculaires que les dégâts causés par la tempête de 1999, les conséquences de l’été caniculaire de 2003 seront cependant aussi graves. Car le cocktail “explosif” qui a vu se conjuguer la canicule et la sécheresse va achever les végétaux fragilisés en 1999 et tuer les jeunes arbres replantés. Partout, on trouve des plantes affaiblies, plus vulnérables aux attaques d’insectes, et des milliers de spécimens qui subissent un dessèchement général. Là encore, nous allons aider des dizaines d’arboretums à abattre, dessoucher, replanter, irriguer.

En 2009, c’est la tempête Klaus, qui le 24 janvier ravage le Sud-Ouest. Nous lançons alors l’opération “SOS Sud-Ouest”, grâce à laquelle cinq parcs et arboretums particulièrement touchés pourront reconstituer leur patrimoine botanique. La liste est longue, telle une litanie : tempête Xynthia (févriermars 2010), inondations du Var (juin 2010), grandes crues (quinze épisodes !) dans le sud à l’automne 2014, jusqu’aux inondations de mai-juin 2016 dans le Loiret : quarante-cinq jours successifs de pluie qui, outre des dégâts partout dans le département, noient l’Arboretum des Grandes Bruyères avec d’importantes conséquences botaniques et financières. Pour pouvoir aider les arboretums à faire face, nous avons besoin de constituer un fonds d’urgence. Vous pouvez nous y aider.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Exemples récents tirés d’expériences vécues au sein de divers arboretums français.

  • Pour installer un système d’irrigation dans un parc d’une quinzaine d’hectares, et lui éviter les conséquences d’une sécheresse sévère : environ 40 000 €
  • Pour démonter et dessoucher un grand pin victime du vent, de la sécheresse ou d’une attaque parasitaire mortelle : environ 800 €
  • Pour élaguer et déblayer 300 arbres victimes d’une forte tempête : environ 9 000 €
  • Manque à gagner en cas de fermeture forcée sur un week-end (hypothèse de 500 visiteurs perdus à une moyenne de 8 €) : 4 000 €
Acer et liquidambar sous leurs couleurs automnalesAcer xfreemanii et Liquidambar styraciflua devant un Calocedrus decurrens

LE PROJET SOUTENU

Aidez-nous à aider les arboretums !

En nous aidant, par vos dons, à constituer un “fonds d’urgence”, vous nous donnez les moyens d’intervenir très vite pour faire face aux conséquences d’une catastrophe naturelle en soutien aux arboretums français.

Les moyens de l’urgence

Si vous souhaitez nous apporter un soutien régulier, vous pouvez formaliser vos dons par un prélèvement automatique. Cette formule n’a que des avantages. Vous n’avez qu’une seule démarche à effectuer auprès de nous, vous économisez temps, courriers et frais postaux, vous étalez votre contribution dans la durée. Ces versements réguliers sécurisent nos projets, et les fonds récoltés constituent une réserve disponible en cas d’urgence. Cette formule réduit également les frais de traitement et d’administration, et les coûts des documents d’appel à la générosité. Bien entendu, nous nous chargeons d’interrompre immédiatement un prélèvement dès que vous nous en faites la demande.

  • Particuliers : des dons déductibles à hauteur de 66 %

La déduction fiscale liée à vos dons a été fixée par le législateur à 66 % : si vous donnez 100 € à Arboretums de France, cela ne vous coûtera réellement que 34 € après déduction de vos impôts.

  • Entreprises : 60 % au titre du mécénat

Les dons des entreprises au titre du mécénat peuvent être déduits à hauteur de 60 %, dans la limite de 5 pour 1 000 du chiffre d’affaires.