Actions | Projet

Un hectare d’extension pour les magnolias des Grandes Bruyères

MagnioliasPhoto Jean-François Grossin

Étendre d’un hectare la surface consacrée à la Collection nationale de magnolias de l’Arboretum des Grandes Bruyères, pour y présenter des espèces rares et remarquables : c’est le nouveau projet porté par Arboretums de France.

La collection de magnolias de l’Arboretum des Grandes Bruyères (Loiret) est l’une des deux collections françaises de magnolias classées “Collection nationale” par le Conservatoire des collections végétales spécialisées (CCVS). Créée au début des années soixante-dix, elle recèle aujourd’hui sur près de 12 hectares, dans deux espaces paysagers (l’Asie et l’Amérique), plus de 400 spécimens appartenant à vingt-six espèces et cent cinquante-huit variétés et cultivars. Remarquable par le nombre des magnolias présentés, elle l’est aussi par la rareté de beaucoup d’entre eux, disparus ou menacés dans la nature, et comme témoignage vivant du patient et opiniâtre travail qui a permis l’adaptation de ces arbres aux conditions climatiques et de terrain peu favorables de la Forêt d’Orléans.

Magnolia tripetalaMagnolia tripetala

La collection, référencée dans le monde entier, est enfin et surtout un conservatoire de l’espèce, dont tous les arbres sont à la disposition des pépiniéristes, destinataires de graines et boutures en vue de la multiplication des différentes variétés présentes. Une nouvelle mise en valeur C’est sur un espace forestier encore en friche, qui borde la lisère nord-ouest de “l’Asie”, qu’une extension de la surface consacré aux magnolias est projetée sur près d’un hectare. Une extension rendue nécessaire par l’évolution de la collection, afin non seulement de l’enrichir, mais également de lui offrir une nouvelle mise en valeur en la reconfigurant sur un espace plus vaste. Une dizaine de variétés de magnolias, rares ou remarquables, aujourd’hui en pépinière à l’Arboretum (voir encadré), y seront implantées, soit plusieurs dizaines de spécimens présentés en bordures d’allées ou en bosquets, dans un environnement de parterres fleuris ou engazonnés. Un beau, utile et vaste projet pour lequel nous espérons de tout coeur que vous nous aiderez, comme vous l’avez fait en nous permettant d’accueillir Adrien, notre nouvel apprenti, dont ce sera le premier chantier

LE PROJET SOUTENU

12 000 € Pour aménager un hectare de collection

Magnolia ‘Nakamura’Magnolia ‘Nakamura‘

Un premier budget devisé aujourd’hui requis pour étendre et enrichir la collection nationale de magnolias des Grandes Bruyères sur un hectare. Sur cet espace forestier resté à l’abandon pendant des décennies, plusieurs types de travaux sont nécessaires, gourmands en main d’oeuvre et requérant l’acquisition de plusieurs types de matériaux :

  • arrachage d’arbres et dessouchage
  • élagage
  • débroussaillage
  • apport de terre et de sable
  • création d’allées, de parterres, d’espaces engazonnés
  • mise en place des magnolias élevés en pépinière à l’Arboretum et nourrissage
  • installation de clôtures Dans une seconde phase, et afin de renforcer la vocation pédagogique de la collection, il est prévu d’installer une douzaine de bornes d’informations.

Des variétés d’un grand intérêt botanique

Magnolia x loebneri ‘Ballerina’Magnolia x loebneri ‘Ballerina’

L’extension de la collection nationale de magnolias des Grandes Bruyères va permettre d’implanter des variétés encore peu présentes sous nos latitudes, rares dans la nature, voire vulnérables ou menacées, et ainsi d’en garantir la conservation. Par exemple…

  • Magnolia dawsoniana Originaire du Sichuan et du Yunnan, en Chine, c’est un arbre à feuilles caduques rare, et l’un des plus beaux magnolias, qui peut atteindre 20 mètres de haut. C’est aujourd’hui une espèce menacée du fait de la destruction de ses habitats naturels sous la pression humaine.
  • Magnolia ‘Galaxy’, hybride de M. sprengeri Originaire de Chine, le Magnolia spengeri est un arbre en forme de quenouille qui porte, selon ses variétés, des fleurs blanches à rouge cramoisi au printemps. C’est un des parents de nombreux hybrides modernes promis à remplacer les nombreuses sélections de x soulangeana que l’on connaît dans nos parcs et jardins. Deux hybrides remarquables ‘Spectrum’ et ‘Galaxy’ s’installent lentement à l’Arboretum.
  • Magnolia globosa Natif des forêts d’altitude de l’Himalaya, cet arbuste à feuilles caduques peut atteindre 7 mètres de haut. De port souvent buissonnant, il porte des fleurs ivoire bordées de rouge en été.
  • Magnolia x loebneri ‘Ballerina’ et Magnolia x loebneri ‘Encore’ Ces hybrides issus du Magnolia stellata et du Magnolia kobus, appartiennent à un ensemble de cultivars de caractéristiques diverses. Ces ravissants arbustes buissonnants se couvrent en avril de fleurs blanc-rosé. Ils se sont bien adaptés en Forêt d’Orléans.
  • Magnolia officinalis var. biloba Originaire de Chine, le Magnolia officinalis était très utilisé en médecine traditionnelle. Petit arbre caduque de 6 à 8 mètres de haut, il possède de très grandes feuilles (50 cm de diamètre) et une fl oraison blanche abondante et parfumée. Le Magnolia officinalis var. biloba est plus rustique, et intéressant par ses feuilles doublement lobées.

“UNE COLLECTION FRANÇAISE DE MAGNOLIAS”

Aujourd’hui un beau livre ! Consultez notre actualité sur la parution du livre et n'hésitez pas à le commander !