Actus | Courrier

Courrier de Danielle Valentin aux donateurs - Juin 2015

La nature est la garante de toute vie et de notre survie

Pierre Rabhi

Ensemble, sauvons notre patrimoine botanique !

Chère Amie, Cher Ami d’Arboretums de France,

Au cours des années 60, parce que l’on avait beaucoup déboisé au fil des siècles, plusieurs régions françaises ont dû replanter. Dans le Massif central, dans les Vosges ou le Morvan, c’est le “sapin Douglas” qui a été privilégié. De pousse rapide et d’une grande robustesse, le douglas est aussi un bois d’oeuvre aux utilisations multiples, qui a envahi notre quotidien. On le trouve dans l’ameublement, la charpenterie, en parquets, panneaux de contreplaqué, dans la fabrication du lamellé-collé.

Pourtant, cet arbre devenu si commun dans nos forêts et notre habitat n’est autre que le “pin de l’Oregon” ! Un arbre introduit en Europe par un botaniste écossais, David Douglas, au début du XIXe, peu de temps après sa découverte dans les Rocheuses.

Il y a longtemps déjà que s’est achevé “l’âge des Découvertes”, cet âge d’or de l’exploration du monde, entre les XVe et XVIIIe siècles, durant lequel les savants européens rapportèrent de leurs voyages tant des richesses qui nous sont aujourd’hui familières.

Il n’y a plus – ou presque – d’expéditions botaniques aujourd’hui.

Aurait-on tout découvert ? La réalité est tout autre. Sur les 300 000 espèces végétales estimées sur la Terre, seules 215 000 ont été identifiées et décrites ! C’est dire, à l’heure de la 6e extinction des espèces, due pour la première fois aux activités humaines, qu’il est plus urgent que jamais de découvrir, décrire et sauver près de 100 000 espèces végétales encore inconnues.

Parmi celles-ci, les arbres et arbustes constituent un patrimoine irremplaçable. Régulateurs du climat, agents de lutte contre l’érosion, sources d’énergie, matières premières, habitats pour la faune, ils sont également essentiels dans notre alimentation, notre pharmacopée et l’ornement de nos villes, jardins et paysages !

Quelles seront demain, en Europe, les espèces capables de s’adapter au changement climatique et de nous apporter les services que d’autres espèces nous rendent aujourd’hui ? Aura-t-on pu sauver des arbres qu’on savait en danger de disparition dans leur habitat naturel et qui pourront, qui sait, être la source de reboisements futurs ?

Aller sur le terrain, dans des régions encore mal explorées ou dont le patrimoine forestier est en danger (ce qui est le cas, hélas, de très nombreux pays tropicaux), collecter des graines d’espèces inconnues ou menacées, les ramener en Europe pour les planter, les élever et tenter de les acclimater, est une démarche essentielle.

La réponse à un véritable défi, face à un enjeu capital !

Cette mission, Arboretums de France l’a faite sienne, prolongeant le travail des botanistes, collectionneurs, jardins et arboretums qui, hier, permirent l’introduction de nouvelles espèces sur notre continent, contribuant à en sauver certaines. Nous avons déjà financé plusieurs expéditions en Chine, au Vietnam, au Mexique. Elles ont notamment vu la découverte et l’introduction d’un chêne (Quercus cupreata), désormais installé aux Grandes Bruyères et dans d’autres arboretums français.

C’est grâce à vous !

Nous devons continuer à enrichir le patrimoine européen et, ce faisant, assurer la transmission aux générations futures d’espèces qui pourraient disparaître dans le grand mouvement d’extinction que nous connaissons aujourd’hui.

Nous avons besoin de votre concours. Pour affirmer ensemble que, selon le joli mot de l’agriculteur, écrivain et philosophe Pierre Rabhi, “la nature est la garante de toute vie et de notre survie. Oublier ce caractère irrévocable condamne nos efforts à n’avoir aucun lendemain”.

Je sais que je peux compter sur vous ! Merci, très chaleureusement, de votre engagement,

Danielle Valentin - Déléguée générale

PS : Retournez dès aujourd’hui votre bulletin de don ou faites un don en ligne. Aidez-nous dans la durée par votre don régulier. Informez-vous sur les legs, donations et assurances-vie en notre faveur. Au nom de tous les arboretums qui travaillent chaque jour à sauver notre patrimoine botanique, encore mille fois merci !