Actus | Courrier

Courrier de Danielle Valentin aux donateurs - Mars 2014

Chère Amie, Cher Ami d’Arboretums de France,

Et si les plantes venaient à disparaître ? Et si le changement climatique, la surexploitation des ressources naturelles, les grandes pollutions et leur cortège de conséquences dramatiques (recul des forêts primaires, des zones humides et des écosystèmes qui leur sont liés, désertification, inondations) venaient à appauvrir irréversiblement la biodiversité ? Cette question, tous les défenseurs de la nature se la posent face à l’inquiétante disparition des espèces végétales et animales, cette “6e grande extinction” totalement imputable à l’Homme. “Nature n’endure mutations soudaines sans grande violence”, nous prévenait déjà Rabelais dans Gargantua (1534).

Et nous savons combien il en coûterait à l’humanité toute entière si nous devions être privés de tout ou partie de ces plantes indispensables à notre survie.

La perte serait immense, car le monde végétal et la nature constituent aussi d’irremplaçables nourritures spirituelles. “La nature est éternellement jeune, belle et généreuse, écrivait George Sand dans « François le Champi » (1847). Elle verse la poésie et la beauté à tous les êtres, à toutes les plantes qu’on laisse s’y développer à souhait. Elle possède le secret du bonheur.” C’est pourquoi la lutte pour la biodiversité doit être multiforme. Il ne s’agit pas seulement de protéger et conserver les espèces menacées, mais également d’améliorer les connaissances, de diffuser l’information, de sensibiliser le public et de FORMER ceux qui, demain, prendront le relais dans ce combat qui n’est pas gagné d’avance en faveur de la nature et des bienfaits qu’elle nous dispense.

Nous nous sommes engagés depuis l’origine en faveur de l’apprentissage, cette voie modeste mais très efficace pour former des praticiens de terrain, ces jardiniers du futur familiers des techniques et bonnes pratiques, qui sauront défendre l’ambition de nos arboretums, ces espaces uniques de protection des espèces végétales.

De même que nous luttons pour transmettre aux générations futures l’exceptionnel patrimoine naturel que nous ont légué les millénaires, nous devons transmettre des savoirs et des savoir-faire, des connaissances solides, enracinées dans la pratique. Et nous croyons que l’apprentissage est l’un des moyens privilégiés d’y parvenir. Le grand André Le Nôtre lui-même (1613-1700), issu d’une longue lignée de jardiniers, ne commença pas autrement, d’abord pupille de Simon Vouet, auprès duquel il se familiarisa au dessin, discipline où le futur créateur des jardins de Versailles allait passer maître. Aujourd’hui, c’est un autre créateur talentueux d’espaces paysagers qu’Arboretums de France s’est engagé à former par l’apprentissage.

Un jeune homme enthousiaste de 19 ans, Jimmy, qui possède une qualité majeure : l’envie de découvrir, de travailler, de s’impliquer au sein d’un arboretum. Lisez son témoignage en page 2 de notre BULLETIN. Pour accompagner son apprentissage et assumer salaires et charges, nous avons besoin de 20 000 € sur deux ans. Si 400 donateurs font un don de 50 €, ou 200 donateurs un don de 100 €, ou encore si 166 d’entre vous s’engagent à hauteur de 10 € par mois, nous pourrons faire face à cette belle ambition ! Je sais que vous êtes sensible à cette démarche et suis sûre que vous aurez à coeur d’accompagner Jimmy et d’aider cette vocation déjà éclose à porter tous ses fruits.

Danielle Valentin - Déléguée générale

PS : Retournez dès aujourd’hui votre bulletin de don ou faites un don en ligne. Aidez-nous dans la durée par votre don régulier. Informez-vous sur les legs, donations et assurances-vie en notre faveur. Au nom de tous les arboretums qui travaillent chaque jour à sauver notre patrimoine botanique, encore mille fois merci !