Actus | Courrier

Courrier de Danielle Valentin aux donateurs - Mars 2016

Et si chacun d’entre nous faisait “sa part” ?

Chère Amie, Cher Ami d’Arboretums de France,

C’est une très jolie légende, présente dans la culture de plusieurs peuples originaires d’Amérique du Nord comme du Sud. Elle a pour titre la “Légende du Colibri”, du nom de ce petit oiseau-mouche qui, selon certains Amérindiens, aurait semé la vie sur terre.

Un jour, raconte la légende, il y eut un immense feu de forêt. Tous les animaux, terrifiés, étaient comme pétrifiés. Seul un petit colibri s’activait, allant chercher de l’eau, goutte après goutte, pour la jeter sur le feu. Jugeant bien dérisoire toute cette agitation, un toucan dit à l’oiseau : – “Colibri, tu es fou ! Crois-tu éteindre un tel feu avec ces gouttes d’eau ?” – “Bien sûr que non, répondit le colibri, mais je fais ma part.”

Faire chacun sa part, faire ensemble notre part, ne jamais baisser les bras, ne pas croire qu’il appartient toujours aux autres de prendre soin du bien commun.

Quelle sagesse ! Et quelle belle leçon délivrée à travers les âges et les civilisations par ces peuples dits “primitifs”. Leur mythologie témoigne qu’ils avaient parfaitement compris que des efforts de chacun dépendait l’intérêt général, pour le plus grand profit des hommes mais également de leur environnement familier et de ces milliers de créatures, plantes et animaux, qui peuplent notre planète.

Alors que nous préparons la nouvelle “Journée internationale de la biodiversité biologique”, en mai, la légende du Colibri prend un relief singulier.

Jamais, en effet, la perte de biodiversité n’a été si importante. Alors que plus de 3 milliards d’individus dépendent de la biodiversité marine et côtière, tandis qu’1,6 milliard de personnes comptent sur les forêts et les produits forestiers pour trouver leurs moyens de subsistance, la dégradation des habitats et la perte de biodiversité menacent l’humanité toute entière.

Partout l’état et les perspectives de conservation de la diversité biologique demeurent préoccupants. En 2015, plus de 22 000 espèces animales étaient menacées dans le monde, et une espèce végétale sur cinq est aujourd’hui en voie de disparition.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui présente chaque année sa liste rouge des espèces menacées, une espèce de mammifère sur quatre, un oiseau sur huit et plus d’un tiers des conifères sont menacés d’extinction !

“La maison brûle et nous regardons ailleurs”, s’attristait un ancien président de la République évoquant les désastres environnementaux lors du IVe Sommet de la Terre en 2002 à Johannesburg. La maison a continué de brûler, et nous qu’avons-nous fait pour éteindre l’incendie ? Tels le petit colibri de la légende, nous pouvons, chacun à notre place, faire “notre part”. Et si nous sommes des centaines, des milliers, pourquoi pas des millions, alors pourrons-nous peser durablement sur les choix qui, aujourd’hui, engagent le futur de la planète et celui des générations futures, nos enfants et petits-enfants.

La tâche est immense. Elle requiert de mieux connaître la biodiversité et les menaces qui pèsent sur elle, de comprendre et de faire comprendre les enjeux au plus grand nombre, mais également et en même temps, de lutter quotidiennement pour préserver ce qui peut l’être, restaurer les milieux, protéger les espèces. Arboretums de France, ceux qui l’animent et ceux qui le soutiennent, se sont engagés dans cette grande ambition il y a plus de trente ans. Ils ont fait, et continuent de faire, “leur part”. Donateurs de notre fondation, et souvent engagés à d’autres niveaux d’action, vous faites vous-aussi “votre part”, et nous vous en remercions.

Merci du soutien que vous continuez de nous apporter. Merci de toutes ces “gouttes d’eau” qui, nombreuses et surtout rassemblées, sont, nous le savons, à la source des plus grands fleuves !

Je compte sur vous. Bien chaleureusement.

Danielle Valentin - Déléguée générale

PS : Retournez dès aujourd’hui votre bulletin de don ou faites un don en ligne. Aidez-nous dans la durée par votre don régulier. Informez-vous sur les legs, donations et assurances-vie en notre faveur. Au nom de tous les arboretums qui travaillent chaque jour à sauver notre patrimoine botanique, encore mille fois merci !