Actus | Courrier

Courrier de Danielle Valentin aux donateurs - Septembre 2013

Chère Amie, Cher Ami d’Arboretums de France,

Je me souviens… C’était un dimanche de printemps. L’un de ces tout premiers jours où l’on ressent, presque intimement, que l’hiver s’en est allé. Le soleil brillait comme il brille au printemps. Non pas avec cet éclat aveuglant de juillet, mais déjà suffisamment perçant, sur le ciel clair parsemé de nuages, pour réchauffer nos joues.

Je me souviens… Mes parents nous avaient emmenés au Parc Floral d’Orléans. Pour les “Floralies”, avaient-ils dit. Et les enfants que nous étions s’étaient demandé ce que pouvait bien signifier ce mot un peu mystérieux.

Je me souviens que, dès notre arrivée, nous avions été frappés par la profusion de fleurs et de couleurs qui avaient littéralement déferlé sur le parc. Au milieu des centaines de grands et majestueux arbres de ce domaine plusieurs fois centenaire, c’en était presque étourdissant !

Je me souviens de l’émotion de cet après-midi. De l’éblouissement devant le spectacle offert par ces mille déclinaisons de la nature en Val de Loire, ces dizaines de milliers de végétaux de toutes tailles proliférant au coeur du parc et tout au long de ses allées, ses sous-bois, ses prairies.

Cette année-là, ils furent plus de deux millions de visiteurs du monde entier à venir admirer ce parc et ses 35 hectares de nature préservée, magnifiée et enrichie. Cette émotion de petite fille, qui habite toujours l’adulte que je suis devenue, je voudrais vous la faire partager aujourd’hui, pour qu’elle soit le moteur, et comme le ressort de notre engagement commun pour la nature.

Pour qu’elle puisse aussi, demain, être partagée par nos enfants, et les enfants de nos enfants.

Plus de quarante ans ont passé depuis ce jour d’avril 1967. Et notre pays peut toujours s’enorgueillir de nombreux très beaux parcs d’agrément et arboretums paysagers. Ils constituent, à des degrés divers, des conservatoires uniques d’un bien de plus en plus précieux : la diversité végétale, attaquée de toutes parts par les “progrès” de la civilisation humaine.

Hélas, si la nature est menacée, ces lieux de conservation des végétaux le sont également, car ils manquent cruellement des moyens dont ils ont besoin. Dans un arboretum, c’est par milliers d’euros qu’il faut chiffrer les plantations nécessaires chaque année à l’enrichissement d’une seule collection botanique. Et ce sont des dizaines de milliers d’euros qui sont nécessaires à l’installation d’un système d’irrigation, au salaire d’un jardinier, au renouvellement de certains matériels, à l’élagage, à l’entretien général. Oui, les coûts de fonctionnement d’un arboretum sont conséquents. Mais que sont-ils réellement au regard du service rendu à la société toute entière en préservant, multipliant, diffusant des espèces menacées et en éduquant le public ?

Arboretums de France, vous le savez, s’est donné pour mission de collecter des fonds pour permettre aux arboretums français de faire face à leurs besoins, de survivre et si possible de se développer, pour remplir mieux encore leurs missions. Ces dons sont ceux que vous, donateurs, et un nombre de citoyens que nous voudrions croissant, êtes prêts à consentir. A l’image d’autres pays du monde, le grand-public français doit, à son tour, faire sienne cette grande cause de la biodiversité.

C’est pourquoi nous vous sollicitons à nouveau aujourd’hui. Pour nous aider directement, bien sûr, mais également pour vous faire les ambassadeurs de cette cause auprès de vos proches. Car les besoins sont immenses et ils seront durables!

Merci encore de votre fidélité. Bien amicalement,

Danielle Valentin - Déléguée générale

PS : Retournez dès aujourd’hui votre bulletin de don ou faites un don en ligne. Aidez-nous dans la durée par votre don régulier. Informez-vous sur les legs, donations et assurances-vie en notre faveur. Au nom de tous les arboretums qui travaillent chaque jour à sauver notre patrimoine botanique, encore mille fois merci !