Actus | Courrier

Courrier de Danielle Valentin aux donateurs - Septembre 2014

Comment lutter contre cette destruction sans précédent de la biodiversité ? En ne se décourageant jamais et en travaillant sans relâche !

Chère Amie, Cher Ami d’Arboretums de France,

C’est l’un des plus humbles et des moins considérés des petits animaux. Le ver de terre, ce “premier laboureur”, comme le qualifiait Darwin, est un acteur majeur de la fertilisation des sols : “Il est bien étonnant, poursuit Darwin, de penser que toute la masse de l’humus superficiel est passée au travers du corps de vers de terre, et y repassera encore (…) La charrue est une des inventions de l’homme les plus vieilles et les plus utiles. Mais on doute qu’il existe d’autres animaux (…) qui aient joué un rôle si important dans l’histoire de la terre.”

Avec l’abeille, le ver de terre est l’agent naturel le plus efficace de la multiplication végétale. Mais comme elle, il est aujourd’hui gravement menacé, ainsi que vient de le révéler une étude récente publiée par 53 scientifiques internationaux réunis au sein de la “Task Force on Systemic Pesticides”.

Pointée du doigt, l’utilisation massive des insecticides systémiques, notamment les néonicotinoïdes, qui agissent sur le système nerveux des insectes. Déjà mis en cause dans l’effondrement des colonies d’abeilles, leur rôle est désormais avéré dans la raréfaction des populations de vers de terre.

84 % des espèces cultivées en Europe dépendent pourtant des insectes pollinisateurs, dont neuf sur dix sont des abeilles. Et 100 % des terres agricoles encore fertiles ne sauraient se passer des vers de terre !

Où l’homme s’arrêtera-t-il dans sa folie dévastatrice des richesses naturelles ? Jusqu’à quand notre planète pourra-t-elle supporter cette incessante pression sur l’environnement et ses ressources, facteur de disparition d’espèces, de stérilisation des sols, de pollution des milieux ?

Le combat d’associations de protection de la nature telle que la nôtre, avec ses moyens insuffisants au regard des enjeux, peut paraître perdu d’avance. Comment lutter efficacement contre cette destruction sans précédent de la biodiversité, cette 6e extinction des espèces entièrement imputable à l’homme ?

Tout simplement en ne se décourageant jamais et en travaillant sans relâche ! C’est le credo d’Arboretums de France et des arboretums amis. C’est l’engagement renouvelé de ses donateurs. C’est l’exemple donné par l’Arboretum des Grandes Bruyères, arboretum écologique modèle et réserve naturelle volontaire d’où tout produit chimique est exclu, hôte de collections nationales conservant, multipliant et diffusant des espèces rares ou menacées.

Ce travail est utile et récompensé. La collection de conifères des Grandes Bruyères, riche de plus de 1 000 spécimens, vient de se voir reconnaître le statut de Collection Nationale Classée et nous allons encore l’enrichir.

Notre ambition est aujourd’hui d’accueillir une cinquantaine de nouveaux sujets tels l’abies bracteata, ou sapin de sainte-Lucie (menacé), le libocedrus (USA), menacé lui-aussi, le taxus brevifolia, ou If de l’Ouest, en danger, ou bien encore le picea koyamai, en voie de disparition dans son milieu naturel en Corée.

Comme nous l’avons déjà fait, nous vous proposons de parrainer un arbre, de nous apporter les 150 € nécessaires à l’acquisition de graines ou de plants, à l’élevage en pépinière, à la transplantation et au suivi.

Avec ces nouvelles variétés préservées, ce sont de nouvelles petites pierres qui viendront jalonner le chemin vers un avenir que nous voulons durable, pour la planète et pour l’humanité, dont le sort est si étroitement lié aux richesses végétales et animales.

Notre combat n’est pas perdu d’avance. Nous le savons, vous le savez, vous nous le prouvez par votre soutien. Nous comptons sur vous. Nous avons besoin de vous ! Pour la Nature, il y a urgence. Même modeste, chaque geste compte.

D’avance et de tout coeur je vous remercie de répondre à mon appel.

Bien amicalement,

Danielle Valentin - Déléguée générale

PS : Retournez dès aujourd’hui votre bulletin de don ou faites un don en ligne. Aidez-nous dans la durée par votre don régulier. Informez-vous sur les legs, donations et assurances-vie en notre faveur. Au nom de tous les arboretums qui travaillent chaque jour à sauver notre patrimoine botanique, encore mille fois merci !