Actus | Info

Douceur hivernale

arbre en fleurs jaunes

Les bourgeons des lilas sont déjà joufflus. Ceux des hortensias les imitent. Les forsythias commencent à afficher des couleurs tandis que les iris et les hémérocalles se réveillent un peu trop rapidement. Pourtant, c’est encore l’hiver.

On l’ignore parfois, mais les plantes ont besoin de se reposer et les hivers sont faits pour cela. Un bon froid de -8° à -10°, c’est du bonheur en prévision, car le froid provoquera une belle floraison, une végétation équilibrée et une fructification généreuse. Ce n’est malheureusement pas ce que nous vivons depuis janvier. Or, un hiver sans froid, c’est aussi le risque d’avoir trop d’herbe dans son jardin, car les graines n’auront pas été détruites. C’est encore la certitude que les oeufs de pucerons, araignées rouges et cochenilles vont éclore en nombre. Et puis, c’est une condition favorable au développement des maladies cryptogamiques telles que l’oïdium, la rouille, la tavelure ou le mildiou. Il n’est pas improbable, également, que des petits froids se prolongent jusqu’en mai, avec des gelées tardives donc stressantes pour les plantes.

Que faire ? Quelques règles impératives

Surtout ne vous pressez pas de tailler les rosiers, pas plus que de sortir les géraniums ou les orangers. Attendez, attendez encore ! Pour faire face aux gelées, n’hésitez pas à protéger les plantes avec de l’écorce, des copeaux, voire du voile d’hivernage. N’utilisez surtout pas du film plastique, ce serait la catastrophe assurée : le plastique avec le gel se collerait sur les bourgeons et les rayons de soleil qui commencent à être chauds provoqueraient des brûlures. Dans tous les cas, il va falloir surveiller la bonne santé de vos plantes, leur apporter un bon compost, de bonnes poignées de corne broyée et préparer des solutions de purin d’ortie ou de prêle pour leur remonter le moral et leur donner de la force, de façon à ce qu’elles vous offrent le meilleur d’elles-mêmes. Surtout, pas de découragement, ne baissez pas les bras ! Un jardinier doit toujours rester maître de la situation et accepter les caprices de la nature, même si parfois elle nous fait quelques misères… Bon jardinage !

Jean-Paul Imbault
jardinier France Bleu Orléans