Actus | Info

Une centaine de passionnés aux Grandes Bruyères

Très engagé en faveur de la biodiversité, l’Arboretum des Grandes Bruyères a accueilli plus d’une centaine de personnes le week-end des 21 et 22 mai, en dépit d’une météo “contrastée” !

Samedi 21 : le beau temps était au rendez-vous pour la rencontre entomologique préparée par Jean-David Chapelin-Viscardi, du Laboratoire d’Eco-entomologie d’Orléans. De nombreux visiteurs (dont des enfants qui avaient suivi la visite l’année précédente et qui tenaient à revenir) ont été subjugués par la diversité et la variété des insectes que l’entomologiste leur a permis de découvrir. Ils sont plus de 500 recensés à l’Arboretum (et potentiellement plus de 800), de taille, de forme et de comportement très variés mais parfaitement adaptés au milieu dans lequel ils vivent, sur les arbres, dans la terre, ou au bord de l’eau. L’entomologiste a évoqué la beauté et la perfection de leur formes et couleurs et beaucoup insisté sur leur rôle indispensable dans l’écosystème, malgré leur apparente insignifiance.

Dimanche 22 : météo catastrophique ! Quelques passionnés ont malgré tout bravé les éléments pour une découverte de plusieurs des 106 espèces d’oiseaux recensées à l’Arboretum. Écoute, observation, habitudes, nourriture, reproduction… ont constitué l’essentiel de la sortie et des questionsréponses apportées par l’ornithologue Jean-Louis Sauvard, aidé de Yoann, un ancien stagiaire de l’Arboretum, sans doute futur ornithologue.

Une “tente malaise” en Asie

Baptisée du nom de son concepteur René Malaise, une tente malaise a été installée dans l’arboretum asiatique des Grandes Bruyères par le Laboratoire d’Eco-entomologie d’Orléans. Ce dispositif vise le piégeage d’une guêpe particulièrement intéressante sur le plan entomologique, la guêpe sphécide. Cet hyménoptère prédateur, très menacé par les changements environnementaux qui affectent ses habitats, s’avère un bon révélateur de la biodiversité locale.

Ce travail de recherche scientifique et technique est une nouvelle contribution des Grandes Bruyères à l’enrichissement des connaissances sur la biodiversité régionale, à l’heure où plusieurs communes de l’agglomération orléanaise viennent d’engager des inventaires de biodiversité communale en partenariat avec Loiret nature environnement.