Actus | Info

Un monde sans plantes ?

Bernard de La Rochefoucauld

Nous empruntons notre titre à nos amis américains du National Tropical Botanical Garden (NTBG). L’importance des plantes est incommensurable, nous rappelle l’une de leurs récentes publications. Nous dépendons d’elles pour l’air que nous respirons, la nourriture que nous consommons, nos constructions et notre pharmacopée. Chaque jour, nous en tirons bénéfice. Un monde sans plantes est tout simplement inconcevable. Si une grande partie de la flore venait à disparaître, explique Warren Wagner, conservateur du National Museum of Natural History de Washington, cela bouleverserait profondément le climat, conduisant à des changements à grande échelle en termes de tempêtes, inondations, disettes… Le responsable scientifique du NTBG, David Lorence, renchérit : La perte des grands massifs forestiers, outre qu’ils sont les poumons de la planète, accélérerait les phénomènes d’érosion et la disparition d’une grande diversité faunistique. Il ajoute : Dans un monde pauvre en plantes, l’homme devrait faire face à des famines plus intenses et serait plus vulnérable aux maladies. Au pire, le monde subirait un véritable séisme économique et social, affectant jusqu’à les détruire nos systèmes de transport, de commerce, de communication.” Ce serait, conclut-il, “une sorte de Mad Max World !.

Voulons-nous réellement léguer à nos enfants un “monde à la Mad Max” ? Avec ses modestes moyens, avec l’aide fidèle de ses donateurs, Arboretums de France lutte quotidiennement pour la préservation de la biodiversité menacée. Car nous savons, avec Chipper Wichman, directeur du NTBG, que nous devons lutter pour la perpétuation de la biodiversité, et pour faire pendre conscience aux êtres humains que les plantes ne sont pas seulement essentielles à notre qualité de vie mais à notre survie elle-même, et à celle de la planète.

Bernard de La Rochefoucauld